MEDCOP 21 à Marseille (4-5 juin 2015) [en]

Vers un agenda positif des acteurs de la Méditerranée

Présentation

La MEDCOP21

Du 30 novembre au 11 décembre 2015 la France va accueillir et présider la vingt-et-unième Conférence des parties de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques. C’est une échéance cruciale puisqu’elle doit aboutir à un nouvel accord international sur le climat, ambitieux et contraignant, applicable à tous les pays, afin de maintenir le réchauffement mondial en deçà de 2°C.

La France va donc jouer un rôle de premier ordre sur le plan international, pour rapprocher les points de vue et faciliter la recherche d’un consensus des Nations unies, mais aussi pour soutenir, dans l’esprit d’un agenda des solutions, l’ensemble des initiatives complémentaires à l’accord international, entreprises au niveau local et régional par les acteurs de la société civile pour renforcer les engagements des Etats en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre, d’adaptation aux impacts du dérèglement climatique et de financement.

C’est dans ce cadre, et avec le soutien et la présence de Monsieur le Président de la République, que la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur accueille en amont de la Conférence des parties, les 4 et 5 juin 2015, une rencontre des acteurs de la Méditerranée. Elle permettra de souligner l’engagement commun dans la lutte contre le changement climatique et mettra en lumière la contribution des collectivités locales, des associations, des entreprises, des réseaux constitués œuvrant en tant que catalyseurs du développement durable.

En se fixant pour objectif de contribuer à la construction d’un véritable Agenda positif Méditerranéen cette manifestation vise aussi et surtout à saisir par-delà les contraintes, les opportunités qu’offre la lutte contre le changement climatique. Elle contribuera par des propositions concrètes et partagées à une Méditerranée de projets.
Les coopérations méditerranéennes accélératrices d’un autre changement ?
Au niveau mondial, confrontés à la multiplication d’évènements climatiques extrêmes et aux risques sanitaires liés, nombre de pays jusqu’ici réticents à mener des politiques de lutte contre le changement climatique montrent des signes d’ouverture. Les prévisions désormais incontestées de la communauté scientifique forgent une prise de conscience mondiale appelant à une action concertée et une convergence d’intérêts face à un défi qui nous menace tous.

Quel que soit le niveau des engagements contraignants qui pourront être pris par les Etats lors de la COP21, ce défi planétaire ouvre aussi sur un autre modèle de développement apte à fédérer les pays développés -pour qui la crise économique et financière souligne les intérêts d’une croissance verte-, et les pays en plein décollage ou émergents dont la réponse aux besoins légitimes de leur population ne pourra être assurée qu’en empruntant les voies d’un développement durable.

Dans ce contexte d’ensemble, la Méditerranée prend une place à part.
Elle est d’abord un espace d’enjeux majeurs en termes de survie de territoires vulnérables. Haut lieu du changement climatique, l’augmentation de la température annuelle moyenne de 2,2 à 5,1°C aura un impact certain et considérable à la fois sur les ressources naturelles (modification de la biodiversité méditerranéenne riche mais fragile, appauvrissement des aquifères, érosion des sols, perte de surface littorale…) et sur les activités humaines touchant de grands secteurs de l’économie méditerranéenne : l’agriculture, le tourisme, l’industrie, la production d’énergie.

Mais, la Méditerranée est aussi cet espace où se dessinent les complémentarités d’une communauté de destin. Les initiatives de toute nature s’y multiplient et permettent aux territoires et à tous leurs acteurs, de contribuer positivement et concrètement à la lutte contre le changement climatique et à l’adaptation aux contraintes nouvelles. Ancrée dans l’action, cette démarche est un atout pour tous les acteurs des rives nord, sud et est de la Méditerranée et la construction d’une Méditerranée de projets.

Ainsi, loin de n’être qu’une contrainte, l’atténuation et l’adaptation au changement climatique ne peuvent-ils pas aussi constituer un levier majeur de développement économique, social, technologique et de coopération entre acteurs de la Méditerranée ? La lutte contre le dérèglement climatique n’est-elle pas l’opportunité de créer une économie nouvelle, plus respectueuse de l’environnement et des hommes et moins impactante en carbone, créatrice de nouvelles activités, source de croissance, d’innovation, d’emplois et de bien-être et préparant l’adaptation de nos sociétés au changement climatique ?

Plus globalement, le réchauffement climatique n’est-il pas l’occasion d’inventer de nouveaux modes de fonctionnement plus harmonieux des sociétés, de définir de nouveaux modes de production et de consommation plus responsables et des relations plus solidaires ?

Pour accompagner ces incontournables mutations, inventer et créer les conditions d’un développement durable, les acteurs de la Méditerranée sont invités à réfléchir lors des 2 journées de colloque aux synergies possibles d’initiatives existantes ou à créer et à formuler des propositions permettant d’intensifier le passage des cadres stratégiques aux réalisations concrètes et de développer des coopérations accélérant le changement.

Programme MEDCOP21 :

PDF - 5.7 Mo
Programme MEDCOP21
(PDF - 5.7 Mo)

http://www.medcop21.com/

publié le 12/05/2015

haut de la page