Discours de l’Ambassadeur lors de l’inauguration de la nouvelle signalétique du site archéologique de Khirokitia (24 avril 2015) [el]

Discours de M. l’Ambassadeur :

Monsieur le Ministre des transports, des communications et des travaux publics,
Madame la Directrice du Département des Antiquités de Chypre,
Monsieur le maire de Khirokitia,
Chers archéologues,
Chers collègues,
Mesdames et Messieurs,

Dans le domaine archéologique, la coopération franco-chypriote est ancienne. Elle constitue, vous le savez, un volet fondamental de notre coopération bilatérale. En 2015, le Ministère des Affaires étrangères soutient financièrement 4 chantiers de fouilles à Chypre : le site de Klimonas, le site de Kition-Bamboula, le site d’Amathonte et le site de Pafos.

La reconnaissance internationale de l’archéologie française relève d’une longue tradition historique, confirmée aujourd’hui par la qualité des travaux scientifiques menés avec nos pays partenaires, Chypre en étant un exemple emblématique.
Le site de Khirokitia a été découvert en 1934 par l’archéologue chypriote P. Dikaios.
Après une campagne exploratoire conduite en 1976 dans le cadre d’une mission conjointe C.N.R.S – British School of Archaelogy in Jerusalem, la mission archéologique française prit seule, à partir de 1977, la conduite des fouilles sous la direction du professeur Alain Lebrun.
Pendant plus de trente ans, la mission française va multiplier les découvertes sur ce site majeur du Néolithique précéramique.
La richesse et la diversité des informations livrées par le site de Khirokitia permettent une multiplicité d’approches, que ce soit l’étude des techniques de construction, l’étude de l’environnement ou des stratégies de subsistance et de leur évolution ou encore l’étude des différentes techniques artisanales mises en œuvre.
Cette diversité, ces approches variées sont brillamment mises en valeur à travers les différents panneaux d’information répartis sur le site.

Dès le commencement la mission archéologique française a été pleinement associée aux différents programmes de conservation, de protection, de valorisation des vestiges architecturaux et des résultats de la recherche.
Le premier programme comprenait entre autre la création d’un parc archéologique s’organisant autour de la reconstitution de quelques unes des constructions mises à jour par la mission française. Il convient de noter que cela abouti au classement de Khirokitia sur la liste du patrimoine Mondial en 1998.

Cette coopération dans le domaine de la valorisation du patrimoine culturel va s’intensifier à partir de 2013, avec la venue - dans le cadre d’un accord de coopération entre l’Institut français de Chypre et l’université du Maine - d’une étudiante de master 2 de valorisation du patrimoine culturel. Durant 5 mois, elle travaillera sous la supervision d’Odile Lebrun et en étroite collaboration avec le Département des antiquités sur la mise en valeur du site de Khirokitia.
La coopération avec l’université du Maine s’est poursuivie l’année dernière avec l’aménagement du site de Bamboula sur lequel un étudiant a travaillé. Dans les mois à venir, les travaux d’aménagement devraient commencer.
Enfin, cette année, c’est sur le site d’Amathonte qu’une étudiante de Master 2 vient travailler. Elle a pour mission de proposer un parcours culturel avec mise en place de panneaux d’informations. Elle sera encadrée par un archéologue de l’école française d’Athènes et le Département des antiquités.

Je tiens à préciser qu’Amathonte sera particulièrement à l’honneur au cours du dernier trimestre 2015, puisque nous fêterons le 40ème anniversaire de la présence de la mission française sur ce site. A cette occasion, l’école d’Athènes en partenariat avec le Département des antiquités et l’Institut français organiseront une série d’événements : exposition et conférences notamment.
Pour finir, j’aimerais rappeler que si le patrimoine culturel et sa valorisation n’ont pas toujours été au centre des préoccupations des nations il le devient aujourd’hui et nous ne pouvons que nous en réjouir. Il est devenu un élément essentiel du renforcement de l’identité culturelle des nations.

D’ailleurs, aujourd’hui le patrimoine est en première ligne des conflits et des nouvelles formes de guerre qui sévissent au 21ème siècle, non seulement entre les Etats, mais aussi à l’intérieur des sociétés. Nous l’avons encore malheureusement constaté au cours de ces derniers mois en Irak.
Parce que la culture est pour l’homme le véritable ciment de son identité, la destruction du patrimoine affecte de façon irréparable les valeurs et la dignité des sociétés, rendant difficile la réconciliation entre les peuples.
Pour toutes ces raisons je ne peux que me réjouir du fait que les services culturels de l’ambassade de France accompagnent Chypre dans sa volonté de valoriser son exceptionnel patrimoine.

Je souhaite vivement que notre coopération archéologique se poursuive et si possible se renforce.

Enfin, je voudrai terminer en remerciant la compagnie française Total pour avoir financé la réalisation des panneaux informatifs que nous allons découvrir dans quelques instants.

Merci

publié le 28/05/2015

haut de la page